• Brasserie du Bouffay


    moa • Sarl Brasserie du Bouffay
    type • extension et réhabilitation d’un local artisanal
    lieu • Carquefou (44) France
    surface • 460 m²
    budget • 323 000 € HT
    état • livraison 2015

    Une brasserie artisanale en tissu pavillonnaire.

    La Brasserie du Bouffay est une entreprise artisanale de production de bière implantée au hameau des Monceaux, à quelques kilomètres du bourg de Carquefou.

    La parcelle que l’entreprise occupe actuellement a précédemment accueilli une forge, puis un garage. Il en résulte une composition hétéroclite intéressante car à l’échelle du quartier, composée de hangars, préaux, d’une petite maison et de garages à louer, disposés autour d’une cour en cœur d’îlot.

    La demande consiste en l’optimisation du principe de marche en avant, et la création de locaux de stockage (céréales et fûts). Le cœur de la brasserie (brassins) restant inchangé.

    Notre proposition se découpe en 2 interventions :

    • un premier bâtiment vient combler la dent creuse entre le préau, la brasserie et les limites mitoyennes du fond de la parcelle.
    • la deuxième partie, plus importante, nécessite la démolition de 2 petits bâtiments sur rue. Le projet vient chercher le maximum du gabarit autorisé, coincé entre la limite sur voie et les bâtiments restants. Un chéneau en creux est disposé afin de gérer les raccords périlleux à l’existant.

    Comment traiter un bâtiment industriel dans un tissu pavillonnaire ?
    Comment concilier souhait d’identification et devoir d’intégration ?

    Un volume important doit être ménagé par nécessité fonctionnelle pour la brasserie. 6 m en façade sur rue, 9 m au faîtage : le gabarit est celui d’une belle maison de 2 étages avec combles. La ligne de faîtage est décentrée vers la rue pour troubler la perception de l’épaisseur du bâtiment et la rapprocher de celui des maisons voisines. Afin de créer une ambiguïté supplémentaire sur le programme et un jeu d’échelle permettant son intégration, un bardage métallique noir mât est choisi : d’une présence massive en plein jour, il disparaît à l’approche de la nuit pour révéler les jeux lumineux de ses percements de polycarbonate translucide.

    Plutôt que de proposer un bâtiment industriel générique flanqué de publicités, c’est la construction même qui devient identification de l’entreprise. Répondant par sa matérialité à la charte graphique de la brasserie, il devient signal, revendiquant son appartenance et sa conception propre, trace d’une histoire entrepreneuriale, exemple d’une possible intégration d’une industrie dans un hameau pavillonnaire.La nouvelle brasserie du Bouffay devient un contrepoint familier aux pavillons alentours.

  • Maison JJ&S.M


    moa • Privée
    type • maison neuve ossature bois en auto-construction
    lieu • Nivillac (56) FRANCE
    surface • 90 m²
    budget • 120 000 € HT
    état • livraison 2015

    Une maison dans le paysage de vallée de la Vilaine pour se reposer de la vie citadine.

    Face à la qualité d’un tel environnement, nous choisissons d’user de simplicité.

    De l’extérieur, c’est un rapport au paysage franc et discret, une masse de bois se confondant avec les tonalités alentours.
    De l’intérieur, c’est une préciosité d’assemblages, de plans, de cadrages et de matières nobles décomposant l’espace pour créer un prisme du rapport à l’environnement multiple et surprenant.

    La maison vient se poser à la rupture de pente, en articulation du paysage comme belvédère habité.
    Le plan propose différentes possibilités d’agencement, autour d’un niveau haut intime et d’un espace de vie bas lié à une grande terrasse en balcon.
    Deux chambres, dédiées à 2 couples, sont liées à une salle d’eau centrale par de larges portes à galandage.

    Celle-ci peut être assimilée à l’une ou l’autre des chambres lorsque les 2 couples ne sont pas présents en même temps.
    Le sol du niveau haut se prolonge en plan de travail de la cuisine. Une troisième porte à galandage est placée ici pour permettre, en journée, d’ouvrir la perspective sur toute la profondeur de la maison, mettant en scène l’enfilade des espaces.
    Un meuble bibliothèque / escalier / cuisine articule les 2 niveaux, et permet l’optimisation du volume en intégrant ces différentes fonctions en un seul endroit.
    Un long et fin séjour se développe jusqu’au pignon Ouest, déconstruit en ses angles pour observer, d’un même regard, la Vilaine qui s’enroule autour du terrain : au Sud à travers une longue baie de 10 m, et au Nord à travers un percement panoramique posé sur un banc de bois et béton, à la fois rangement et support de poêle à bois.

     

    vidéo Attitudes par maxime baudouin (www.maximebaudouin.com)

  • Salon de coiffure Mosteau&Cie


    moa • privée
    type • aménagement commerce
    lieu • Saint Julien de Concelles (44) FRANCE
    surface • 44 m²
    état • livraison 2015

    Le salon de coiffure Mosteau souhaite changer de peau.
    Sur la base d’un aménagement de 1986, différents «bricolages» ont été réalisés au fil du temps pour apporter un peu de confort, au détriment de la qualité spatiale du salon.
    C’est par un pliage de panneaux de contreplaqué que nous tentons de redonner une profondeur à l’espace, en allant chercher les entrées de lumière naturelle aujourd’hui dissimulées au fond du commerce.
    Ce déploiement de bois, précisément calepiné, développe les postes supplémentaires demandés, et sert de support à l’accrochage de tablettes, miroirs, étagères, ainsi qu’au matériel spécifique à la coiffure.

  • Canopus


    moa • mairie de Saint Michel Chef Chef
    type • Réhabilitation
    lieu • SAINT MICHEL CHEF CHEF
    budget • 100 000€ HT
    surface • 220 m²
    état • livraison 2016

    Ce projet de réhabilitation répond au souhait d’une salle polyvalente dans la « mémoire » du lieu. Le nouveau Canopus devra permettre au minimum 3 usages principaux : La pratique de la musique ; de la danse ; l’exposition de travaux créatifs divers (photographie, peinture, sculpture, projections)
    Un sol et un ciel. Afin de redonner une échelle plus domestique à l’espace, nous proposons, par un jeu de couleurs de peinture, de le scinder en deux parties. Un jeu précis d’éclairage donne l’identité du lieu et permet une pratique confortable de chacune des activités.

  • Maison D&L.L


    moa • privée
    type • extension bois
    lieu • Vigneux de Bretagne (44) FRANCE
    surface • 44 m²
    budget • 56 000 € HT
    état • livraison 2014

    «La maison des enfants»
    D&L.L et leurs enfants habitent une maison de plan carré, proposant depuis l’intérieur de beaux points de vue vers le jardin qui tourne autour du bâtiment. Une première annexe (l’ancien garage) a été connectée par une véranda formant une sorte de SAS d’entrée.
    Ceci rajoute au caractère centrifuge que les pièces entretiennent avec le paysage : c’est le glissement des volumes, des jeux de lumière et un lien fort avec l’extérieur que nous
    ressentons.
    Notre proposition tente de reprendre ces qualités en proposant un volume qui, bien que clairement identifié, participe de la logique générale de l’ensemble. C’est une nouvelle
    annexe au volume central de la «maison», liée par un espace en creux permettant par contrepoint de constituer une cabane de bois blanchi venant s’immiscer plus en avant dans le jardin. Ce nouveau volume abrite les deux chambres des enfants. Plutôt qu’un simple couloir, le «joint creux» anthracite propose un long bureau où chaque enfant peut jouir d’un plan de travail en bois. Cet espace devient, à l’image de la véranda formant entrée entre l’ancien garage et la maison, un lieu partagé pour les enfants et une traversée vers le jardin.
    Le bureau dissimule de larges coulissants de bois vers les chambres, qui profitent de la totalité du volume sous faîtage, espace intime et personnel posé sur l’herbe.
    L’appréhension de cette petite extension est ainsi totalement différente depuis l’extérieur (où l’on observe une interprétation volumétrique d’une «maisonnette» assumant sa discrétion dans le paysage) et depuis l’intérieur (où l’on découvre une continuité d’espaces articulés les uns aux autres sans jamais n’être que circulation, proposant des ouvertures à chaque regard).

  • Maison S&C.R


    moa • Privée
    type • réhabilitation et extension bois
    lieu • Nantes (44) France
    surface • 54 m²
    budget • 85 000 € HT
    état • livraison 2014

    Une maison ouvrière de 1930 qui se réapproprie son jardin.

    C’est au Sud de Nantes, dans un tissus parcellaire hétéroclite de maisons ouvrières de début du XXème siècle que se trouve le domicile de S&C.R et leurs enfants.

    Depuis un bâti originel en front de rue, l’habitation s’est peu à peu étendue vers le jardin, composant un bricolage complexe et peu qualitatif.  C’est donc, sous couvert d’une extension, une envie de simplification que nous entendons à notre première rencontre.

    Le projet se base sur une homogénéisation des volumes perceptibles, et une optimisation des espaces à partager (principalement la cuisine et le salon). Une redistribution complète des pièces est aussi proposée.
    La façade sur jardin entièrement vitrée s’ouvre  afin d’effacer la limite entre intérieur et extérieur.
    L’épaisseur de l’habitation étant maintenant importante, un puit de lumière est glissé entre l’extension et la toiture de tuiles de l’ancienne maison.

    Un long volume de bois est aménagé : c’est l’élément unifiant de la maison, permettant un saut d’échelle de la porte d’entrée jusqu’au jardin, et jouant de l’ambiguïté entre mur et meuble : on le traverse pour accéder aux salles d’eau et à la cuisine, on l’ouvre pour y trouver de grands rangements.

    Aussi pour soutenir ce rapport intime entre le jardin et les pièces de vie le meuble de bois se retourne en façade, rappelant que terrasse et salon peuvent ne former qu’un seul espace.

     

  • École Saint Jean


    moa • OGEC 29 + association des parents d’élèves
    type • restructuration et extension / en site occupé
    lieu • le Relecq kerhuon (29) FRANCE
    surface • 810 m²
    budget • 1 300 000 € HT

    L’école Saint Jean de la Croix se compose de 3 bâtiments dépourvus d’unité architecturale.
    La charpente présente des faiblesses structurelles et l’étage, désormais inaccessible pour raisons sanitaires, rend l’ensemble du bâtiment administratif sur rue difficilement rénovable.
    Autre contrainte : le fort dénivelé de la cour n’autorise pas l’accès aux salles de classe aux personnes à mobilité réduite (on rentre dans les salles par de petits escaliers individuels).

    Une demande de réhabilitation et d’extension est alors formulée par la maitrise d’ouvrage : Il faut traîter les bâtiments présentant des risques sécuritaires et sanitaires (mérule, amiante) et développer 3 nouvelles salles de classe, une salle BCD, un pôle administratif, ainsi qu’une salle polyvalente accessible à l’école maternelle et aux associations du quartier.

    Notre proposition se dessine selon des principes d’économie d’espace, de mutualisation des usages et tire parti des contraintes imposées par le site. Afin de répondre aux normes d’accessibilité, un préau/coursive se déroule le long des bâtiments pour desservir les classes depuis l’accueil et l’administration. Large d’environ 3 m, il offre un espace extérieur couvert où les enfants peuvent passer la «récréation» par temps de pluie. Afin de ne pas assombrir les salles de classe maintenant situées en second jour, la coursive est couverte par du polycarbonate filtrant la lumière. Pincé entre l’existant et un nouveau mur de béton blanc, cet espace de transition est ponctué de percements qui mettent en scène la vie de l’école à travers des cadrages de différentes échelles.

    Ce dispositif architectural créé une nouvelle façade sur cour, unifiant l’ensemble des bâtiments, neufs ou anciens.
    L’articulation avec la placette (élargie grâce à la rétrocession d’une surface formant seuil) se structure autour du pôle administratif et de la salle polyvalente, accessible depuis la cour et l’espace public.
    L’optimisation des locaux et la mise en place d’une coursive/préau ont permis à l’école de réduire la surface de plancher tout en accueillant de nouveaux enfants.

  • Café le doreur


    type • Café – local commercial
    lieu • Nantes – France
    surface • 35m²
    budget • 17 000 € HT
    client • Bar Le Doreur
    état • réalisation 2011

     

    Suite à la disparition d’un des derniers doreurs en Loire-Atlantique, un local commercial du centre-ville de Nantes change de destination pour devenir un bistro. La devanture du locale, soumise à l’approbation des Architectes des Bâtiments de France, apparait logiquement comme une source d’inspiration.

    Le projet, basé sur la redistribution de ce petit espace de 30m², reprend le langage (au sens artisanal) convoqué dans la façade.
    A l’intérieur, les murs de pierre de tuffeau et de granit sont mis à nus, des poutres en châtaignier sont couvertes d’une lasure blanche pour éclaircir l’espace et un comptoir périphérique en chêne lamellé-collé offre des espaces de desserte dans toute la pièce et la réchauffe. Aucune couleur n’est utilisée, seuls des matériaux nobles viennent teinter le bistro et lui donner son identité (pierre de tuffeau, chêne, acier, béton et bien entendu dorures).

    L’éclairage, conçu et fabriqué par l’atelier, se compose de 15 lampes de bureau fixées sur un chemin de câble industriel. Elles s’articulent librement afin d’illuminer toutes les faces de la pièce et effacent la limite entre le client et le serveur, donnant à l’unique pièce du bistro un caractère domestique.